Définition

Nerf d'Arnold : Nerf formé par la branche postérieure de la deuxième racine cervicale (nerf issu de la moelle épinière au niveau du cou).

Explications : Les muscles profonds du cou sont innervés par le nerf d'Arnold qui assure en plus l'innervation motrice (permettant d'effectuer des mouvements) ainsi que l'innervation sensitive (permettant de sentir) du cuir chevelu. La névralgie du grand nerf d'Arnold apparaît parfois spontanément mais elle peut être provoquée par une pression locale ou certains mouvements de la tête.

Causes : Lorsque la douleur est continue, une cause locale peut être retrouvée : Une lésion cervicale haute (blocage d'une vertèbre cervicale) Une inflammation (due à un rhumatisme entre autres) Une lésion de la base du crâne Une syringomyélie : cette maladie relativement rare se caractérise par la présence dans la moelle épinière (plus particulièrement dans le segment cervical, correspondant à peu près au cou) d'une cavité se formant progressivement dans la substance grise, contenant un liquide pathologique (jaunâtre) et entraînant la destruction progressive des fibres nerveuses spécialisées dans la sensibilité de la peau au chaud, au froid et à la douleur.

Symptômes :Localisation à la face postérieure de la nuque Irradiation jusqu'au sommet du crâne Intensité de la douleur très vive, qui ressemble à des élancements ou à des brûlures et peut être intermittente ou continue.

Examen Physique : À l'examen clinique, il est possible de déclencher la douleur habituellement ressentie par le malade en appuyant sur la zone d'émergence (de sortie) du nerf, c'est-à-dire à la base du crâne, au niveau de la naissance des cheveux.

Examens Complémentaires :Nécessité de passer une IRM ou d'autres examens spécialisés de la région cervicale, si les douleurs s'accompagnent d'une sensation de fourmillements, de picotements (paresthésies), avec l'impression de ne plus sentir convenablement les différences de température au niveau d'un bras ou des deux.

Traitement : Il comporte habituellement : Des infiltrations locales de corticostéroïdes (cortisone) ou de novocaïne (anesthésiant local) qui soulagent généralement le patient, mais parfois de façon temporaire. Une rééducation du rachis cervical, qualifiée de myotensive, en rotation et des deux côtés, pouvant apporter une amélioration notable. De la mésothérapie sans utilisation de cortisone, essentiellement par la technique dite de nappage. La cortisone doit être utilisée en injection profonde et jamais en injection cutanée ou sous-cutanée, car il existe des risques de destruction locale de la peau.   

Névralgie :

Une névralgie est une douleur spontanée ou provoquée (par une lésion ou une irritation), localisée sur le trajet d'un nerf, au niveau de ses racines (qui le rattachent au système nerveux central) ou dans la zone qu’il innerve. Cette douleur présente un paroxysme (épisode pendant lequel les symptômes se manifestent avec le plus d’intensité). Elle évolue le plus souvent par crises, avec parfois la persistance d’un fond douloureux entre 2 crises.

Névralgie du trijumeau :

appelée également névralgie faciale, prosopalgie, tic douloureux de la face (en anglais facial neuralgia). C'est une névralgie qui siège dans le territoire du nerf trijumeau ou d'une de ses branches. Le nerf trijumeau correspond à la cinquième paire de nerfs crâniens, qui se divise en trois branches au niveau d'un ganglion nerveux, le ganglion de Gasser. Ces trois branches sont le nerf optique, le nerf maxillaire et le nerf mandibulaire. Ce nerf est un nerf sensitif (permettant les sensations) pour le visage et moteur (permettant les mouvements musculaires) pour les muscles permettant la mastication (mâcher les aliments). Il est nécessaire de distinguer la névralgie essentielle ou maladie de Trousseau ou de Fothergill qui est une douleur intermittente évoluant par accès, d'intensité très élevée et d'une durée brève (quelques secondes). Ce type de névralgie se caractérise par une survenue de douleurs après une cause déclenchante et par des épisodes séparés d'accalmie totale. La deuxième variété de névralgie faciale est la névralgie symptomatique. La névralgie du trijumeau serait secondaire à la compression par une artère du nerf trijumeau au niveau de sa source (tronc cérébral = zone du système nerveux central situé en avant et au-dessous du cervelet). Une autre cause est l'atteinte du trijumeau à l'intérieur même du tronc cérébral par la sclérose en plaques ou d'autres causes de démyélinisation (perte de la myéline, qui est la substance graisseuse entourant et protégeant les nerfs) ou secondaire à un ramollissement ou à une tumeur.

Névralgie d'Arnold ou Arnoldalgie :

Le nerf d'Arnold est un nerf appelé aussi nervus occipitalis major, formé par la branche postérieure de la deuxième racine cervicale (nerfs issus de la moelle épinière et situés au niveau du cou). Les muscles profonds du cou sont innervés par le nerf d'Arnold, qui assure l'innervation motrice (permettant d'effectuer des mouvements) et l'innervation sensitive (permettant de sentir) du cuir chevelu. La névralgie du grand nerf d'Arnold apparaît parfois spontanément ou est provoquée par une pression locale ou certains mouvements de la tête.